Stéphane nous partage son histoire dans cet interview

Comment s’est créé Maison Matthieu ? Une envie, une passion, un coup de tête ?

Je suis arrivé sur Marseille il y a 10 ans environ pour monter à la base une filiale d’une société de crèches d’entreprises. Il y a quatre ans, j’ai tout abandonné pour réfléchir à trois projets allant du food-truck à la création d’une société d’alimentation en liaison froide pour des crèches…
Mais c’est la passion pour le saumon fumé qui a pris eu le dessus, pour la plus grande joie de mon entourage.

Pourquoi le nom Maison Matthieu ? Qui est Matthieu au final ?

En baptisant la société du nom de mon fils, j’ai voulu garder en tête la personnalité d’un garçon courageux et généreux, qui n’a jamais fait de compromis. Et aussi inscrire mon entreprise dans le temps. Désormais âgée de trois ans, la société vend actuellement près de 3 tonnes de poissons fumés par an.

Pourquoi avoir travaillé dans le poisson fumé ?

J’ai longtemps eu le sentiment que nous n’avions le choix qu’entre du saumon fumé pas bon ou trop cher. Lorsque j’ai décidé de faire le mien, et de créer Maison Matthieu, je voulais être fier de le servir à mes amis et qu’ils puissent tous se l’offrir, pas seulement pour les grandes occasions.

Pour cela, j’ai remis au goût du jour des méthodes de fabrication artisanales, dans un atelier à taille humaine. J’ai également pensé un circuit de distribution qui me ressemble. J’ai établi des relations privilégiées avec des épiciers de qualité qui partagent mes valeurs, et par ailleurs, je vends aussi en direct aux particuliers, et leur livre dans des relais frais en bas de chez eux, afin de regrouper les livraisons par ville. Ces relais frais sont généralement des caves à vin, des amis heureux de partager de belles choses et de vous conseiller sur ce que vous allez boire avec ces poissons fumés.

Es tu tout seul dans cette entreprise ?

J’ai commencé seul à la production, mais il y a maintenant quelqu’un pour m’épauler et avec qui je peux imaginger de nouvelles recettes! C’est ainsi que j’ai pu prendre le temps de faire le poulpe fumé, le haddock fumé, et bientôt d’autres suprises !

Ce que tu aimes le plus dans ce métier ?

J’ai choisi de travailler en prenant le temps de bien faire les choses. Mon but est de travailler dans de vraies relations humaines, de cultiver le plaisir, et de pouvoir échanger avec mes clients au quotidien.
Je suis un grand adepte des circuits courts dans la vie de tous les jours, je travaille avec passion des saumons et poissons sélectionnés avec soin auprès mes éleveurs et les vend au plus près des clients.

Les difficultés au quotidien ? Y en a t il vraiment ?

Mille et une chaque jour. C’est ce qui fait le piment de la vie. Mais il y a tellement de compensations, notamment régaler les gens, qu’on oublie vite les problèmes.

Ton plat préféré ? Avec ou sans saumon du coup ?

Je vais être honnête, j’aime absolument tout, et je suis à la fois l’hôte le plus facile, régalé d’une quiche lorraine, et le plus insupportable, parce que je vais vous dire pourquoi vous auriez du faire votre pâte vous même.

Quelle est la suite pour Maison Matthieu ?

J’ai plein de recettes en tête, j’ai envie de tout fumer. Et puis pourquoi pas réaliser des rillettes de poissons fumés, ou du tarama… le tarama est un produit infect en grande surface, alors que c’est délicieux quand c’est fait simplement !